Actualités

Retour sur les actions du 1er semestre 2022

Après les crues marquantes de décembre 2021 et de janvier 2022, le SIGOM a lancé des travaux de réparation de la digue de Castagnède et étudie les solutions les plus appropriés pour la digue de Sauveterre. Sur le Saleys, les opérations débutées en 2018 de gestion de la végétation se sont poursuivies et une réunion publique a eu lieu à Salies le 27 juin en présence du bureau d’étude ARTELIA.

 LA DIGUE DE CASTAGNEDE

 Des travaux de réparation d’urgence post crues ont été réalisés entre Mai et Juillet par l’entreprise LABORDE. La maîtrise d’œuvre a été confiée au cabinet agrémenté SCE qui a également la charge de l’étude de danger de cette digue classée.

Les travaux ont consisté à reprendre et à conforter une partie du corps de digue, qui fait une longueur totale de 1800 mètres linéaires, par ajout d’argile et compactage, pour un montant d’environ 115 000 € HT.

 LA DIGUE DE SAUVETERRE

 La visite technique approfondie post crues réalisée par le bureau d’études HEA a identifié des désordres significatifs. Il a été décidé de procéder aux réparations les plus urgentes dès que les financements seront accordés.

 GESTION DE LA VEGETATION DU SALEYS

 Depuis 2018, ce sont près de 23 km de cours d’eau (Saleys et Beigmau) qui ont été traités pour des enlèvements d’embâcles, élagage, nettoyage, gestion d’atterrissements, enlèvement de déchets… Cela représente un budget global de 312 000 € HT.

Les secteurs concernés par les travaux de cette année sont la partie amont du Beigmau à Salies, le centre de l’Hôpital-d’Orion et le quartier LACAMOIRE, entre les communes de Castetbon, Audaux et Bugnein. Cela représente 7 500 mètres linéaires, pour un montant de 28 500 € HT.

Ces travaux réalisés par l’entreprise SB PAYSAGE sont financés à hauteur de 30 % par la taxe GEMAPI, 50 % par l’Agence de l’Eau Adour Garonne et 20 % par la Région Nouvelle Aquitaine.

 REUNION PUBLIQUE SUR L’ETUDE POUR L’AMENAGEMENT DU SALEYS

 A la suite des inondations récurrentes sur le bassin du Saleys, et notamment à Salies-de-Béarn en juin 2018, le SIGOM a confié au cabinet ARTELIA une étude hydraulique assortie de propositions d’actions. Cette étude d’un montant total de 120 000 € HT est financée à hauteur de 80 % par l’Union Européenne (FEDER). Elle est complémentaire de la démarche du Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) diligentée par l’Etat, et approuvée le 09 mars 2022, et du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), mis en place par la commune de Salies.

Pour faire le point sur l’avancée de cette étude et les perspectives d’aménagement, une réunion publique a eu lieu à la salle Jean Monnet à Salies-de-Béarn le 27 juin dernier, en présence de la municipalité, de la CCBG, du SIGOM et du cabinet ARTELIA.

Les solutions retenues à ce stade pour une poursuite d’études complémentaires ont été présentées : création d’un bassin écrêteur en amont de l’Hôpital d’Orion, mise en place de barrières anti-inondations dans le centre bourg de Salies, création d’un petit bassin écrêteur à l’amont du Chinanou, dégagement d’une arche du pont départemental de l’Hôpital d’Orion…

Il est important de préciser que ces solutions pré-identifiées devront encore faire l’objet d’études complémentaires. Il est nécessaire d’analyser si les aménagements ne peuvent pas aggraver les risques d’inondations sur d’autres secteurs. Leur réalisation, le cas échéant, ne se fera pas avant plusieurs années (lié aux délais règlementaires en particulier). Côté financement, cela induira forcément une hausse de la taxe GEMAPI, même si des aides pourront à priori être obtenues via le PAPI Gave d’Oloron (Programme d’actions de prévention des inondations).

Enfin, chaque habitant exposé est invité à réduire la vulnérabilité de son habitation :  clapets anti-retours, batardeaux, positionner hors d’eau les équipements électriques, aménager une zone refuge à l’étage…
Par ailleurs, deux stations hydrométriques devraient être installées sur le bassin, en amont et en aval de Salies.

TRAVAUX A OSSERAIN-RIVAREYTE

Des travaux ont été réalisés en juin au quartier dit de l’« Hôpital », sur la commune d’Osserain-Rivareyte, qui avait connu une inondation importante en décembre.

 L’objectif des travaux, d’un montant de 27 000€ HT, était d’araser une partie de l’atterrissement afin d’atténuer le risque d’inondation sur le quartier résidentiel. La forte sensibilité locale ne permettant pas de régaler les matériaux sur ce secteur, ces derniers ont été déplacés sur la commune d’Escos, à l’emplacement même d’une importante érosion qui avait emporté la route communale.