Actualités

La crue du 21 janvier 2018

Une crue hivernale due à une fonte importante et à la saturation des sols.

La crue du 21 janvier dernier a été marquée sur l’ensemble du bassin du Gave d’Oloron : Aspe et Ossau, Gave d’Oloron, Saison et Saleys. La douceur des températures et la pluviométrie notable sur les têtes de bassins montagnards ont généré des fontes de neige importantes jusqu’à haute altitude (limite pluie/neige > 2000m).

Sur le Saleys, la pluviométrie a été plus importante que sur les têtes de bassin et le ruissellement dû à la saturation des sols a engendré une crue d’hiver notable mais sans débordement dans Salies-de-Béarn.

Sur le Saison, il semble que le Gave de Sainte-Engrâce ait un peu plus réagi que le Gave de Larrau. Les bassins intermédiaires en amont de Mauléon-Licharre ont par ailleurs peu suralimenté le Saison malgré la saturation des sols… les ruisseaux aval ont été plus réactifs.

 Les talutages de berges de Licq, Abense de Haut, ALos et Tardets ont bien tenu et les berges n’ont pas été impactées.

A noter à Alos que les débordements qui touchaient en 2015 la plaine de la station d’épuration dès un pic de crue à 2,20 m n’ont pas été constatés lors de cette montée des eaux à près de 2,60 m.  Les bras de crue réouverts dans les saligues en rive droite récemment ont probablement un effet local sur les hauteurs d’inondabilité de cette partie, tout au moins pour les crues de faible ampleur.

 Sur la Gave d’Oloron à Escos, la crue a été plus marquée. Le Gave a atteint la côte de 3,54 m au pic de crue, soit 23 cm de moins que la crue de référence de mars 2006 et plus d’un mètre sous les crues de 2011 et 2014. Des débordements dans les premières zones inondables agricoles ont été constatés.

Sur le Saison et le Gave d’Oloron, quelques chutes d’arbres ou réactivation de zones d’érosions ont été recensés lors de la reconnaissance post-crue effectuée par le technicien de rivière.